Actualités

Il y avait beaucoup de monde à Cap Entreprises mardi 20 janvier pour assister à la conférence organisée par Saint-Brieuc Entreprises et la SEM Baie d’Armor Entreprises sur les startups.

Nul doute que l’intervenant qui aura le plus marqué le public est René Silvestre, personnage au caractère bien trempé ! C’est lui qui a créé le magazine L’Etudiant au milieu des années 1970 et organisé les Salons de l’Etudiant quelques années plus tard. Après des débuts difficiles (réalisation d’une perte d’exploitation de 300.000 FRF la première année pour un capital apporté de 20.000 FRF !), il a réussi, à force de persévérance, à surmonter ces premiers échecs pour publier un magazine que tous les Français connaissent aujourd’hui. On connaît la suite de l’histoire. Le magazine a rapidement trouvé son public et, quelques années plus tard, en 2001, L’Etudiant a été vendu à Vivendi pour la coquette somme de 30 millions d’€.

René Silvestre s’est récemment lancé un nouveau défi, celui de faciliter la création de startups à Paris. Pour cela, il a transformé l’ancien siège de L’Etudiant, dans le quartier de la Bastille, en une pépinière d’entreprises innovantes, la « Pépinière 27 », qui accueille 75 startups (notamment le bureau d’études de la société Newwind dont le siège social et l’atelier de production sont à Cap Entreprises). Il est aussi Président de l’association nationale des pépinières d’entreprises et ambitionne notamment de lancer, en juin 2016, le premier salon mondial des startups à la Porte de Versailles.

La conférence a été pour lui l’occasion de rendre un vibrant hommage à tous ceux qui entreprennent, n’hésitent pas à prendre des risques, et qui, d’une certaine façon assurent aujourd’hui l’avenir de la France. A titre d’illustration, Erwan Minier, le dirigeant de 2 startups (Visiofair et Watcheesy), passé par Cap Entreprises au début des années 2000, a complété son propos, avec une approche américaine des choses. Il partage en effet son temps entre Plérin et Palo Alto en Californie, au cœur de la Silicon Valley. Il a notamment fait part des écarts de mentalité qui se manifestent entre la France et les Etats-Unis en matière d’entrepreneuriat. Il a aussi relaté ses expériences de levées de fonds, en France et aux USA, pour assurer la croissance de ses deux sociétés.

Enfin, Michel Le Rat, Président d’Armor Initiative, Michel Brandelet, Président d’Armor Angels et Christophe Ginet, délégué territorial de Bretagne Entreprendre, ont présenté les dispositifs de financement existants en Bretagne pour soutenir l’innovation en général et les startups en particulier.

34/50